Le quartier Mont d'Est, un rêve vieillissant
Chloé Bénézeth, Terri Champavier, Julie Eymery, Daniel Emanuel Pop

Chloé Bénézeth, Dalle Mont d'Est

Chloé Bénézeth, Dalle Mont d'Est

Daniel Emmanuel Pop,

Daniel Emmanuel Pop,

Terri Champvavier, coupes du permis de 1978

Terri Champvavier, coupes du permis de 1978

Le quartier Mont d'Est, un rêve vieillissant
Chloé Bénézeth, Terri Champavier, Julie Eymery, Daniel Emanuel Pop

Comme toutes les villes nouvelles, Marne-la-Vallée a été planifiée comme une polarité destinée à rééquilibrer les activités en Ile-de-France, de l’Ouest vers l’Est de la région, grâce en outre au RER. La stratégie d’urbanisme de l’EPA (Établissement Public d’Aménagement) Marne a porté en outre sur les centres-commerciaux, qui organisent tous des commerces franchisés autour d’un supermarché, de larges aires de parkings et d’importants espaces logistiques. Le quartier du Mont d’Est et son centre commercial ouvert en 1978 résultent de cette politique d’aménagement. Le quartier a été pensé comme une pièce nouvelle dans la ville de Noisy-le-Grand, et est sorti de terre en un temps record ! Elément structurant, le sol artificiel, appelé « la dalle » depuis les années 1990 seulement, étage la circulation piétonne au-dessus des voies rapides. Alors signes de modernité, les dalles montrent vite leurs limites : séparation des flux, difficulté d’accès, compacité programmatique (logements, commerces, bureaux, parking, équipements) mais aussi faible porosité, esplanades et places publiques peu entretenues et sous-utilisées, parkings surdimensionnés, désorientation, etc.

La première intervention propose de réparer la dalle dans son épaisseur et sa relation entre les programmes inférieurs et supérieurs. L’état actuel d'abandon prouve la nécessité d'un entretien immédiat. Les opérations se déploient sur l’ensemble du site. Les vides sont repensés pour densifier en apportant des programmes manquant au Mont d'Est – espaces sportifs en plein air, lieux associatifs ou salles confortables pour que les gens travaillant sur place –, quand des percées permettent d’ouvrir et de mettre en relation les niveaux. Le second projet revalorise les rues périphériques abandonnées en modifiant les façades du centre commercial et en établissant une relation intérieur-extérieur : ouverture vers la rue de la pergola avec le réaménagement de l'espace urbain, création d'un espace dédié à l'artisanat et d’un patio pour l'éclairage et la ventilation naturelle, et ainsi que d'une connexion avec le RER pour le transport de marchandises. La troisième intervention se concentre sur le parking accolé au centre commercial qui se développe sur quatre niveaux desservis aux extrémités nord et sud par des rampes hélicoïdales. La structure poteau-poutre permet une grande liberté de transformation pour créer des espaces de production alliant micro industrie et artisanat. Enfin le dernier projet remet en question l'idée même de la dalle, son utilité réelle et les problèmes qui en découlent. L’opération lourde supprime la dalle peu exploitée aujourd'hui tout en préservant les éléments structurels, en densifiant les usages et en recréant un nouveau rez-de-ville. La transformation vise à atteindre la volonté initiale : faire de cet espace une place publique.

Étudiants
Formation