Matière à penser - Couvrir le périphérique Porte de Vincennes à Paris - S8

Adrien Gautier - François Goullin - Maëlle Durante

Clément Lorentz - Sabine Boulvard - Pascal Mobailly - Victor Oliveira

Jeu de vue et d'ambiance : un parcours à travers les strates

4 strates composent le projet. Le gymnase et la résidence viennent se connecter pour créer un espace commun. Un jeu de transparence et d’opacité vient souligner les strates et créer des vues tout au long du projet.

Emilie Batjom - Rémi Belloc - Alice Cluzeau

Sol partagé

Deux volumes soulevés au dessus d'un rez-de-ville libre, offrant un espace vide appropriable par les habitants.

François Dhalleine - Morgane Sanquer - Cécile Tosel

Tisser des liens

La continuité paysagère et urbaine entre les deux rives est créée par la recherche de liens à différentes échelles. Le Rdc commun, ouvert à la fois visuellement et physiquement sur l'espace public, créé la continuité visuelle notamment par l'accompagnement de la structure le long de l'axe du franchissement.

Iman Pekdemir - Chadia Guedira - Léopold Bourgier

Habiter la Structure

L'espace urbain vient se glisser sous les deux bâtiments en offrant une place à l'angle. Un niveau structurel habité par les espaces communs traverse la résidence étudiante et vient répondre à celui de l'équipement sportif qui est organisé autour d'un patio.

Jean-Baptiste Bartoli - Olivier Knepper - Florian Larramendy

Strates Parcourues

"La mixité des programmes est rendue possible par la continuité des dalles, organisant des terrasses sur rue exposée sud et dialoguant avec les espaces intérieurs (gradins, salles communes pour la résidence, restaurant, etc.).
Une circulation commune ouverte fait le lien entre les programmes et offre un futur lien possible entre le projet et le développement du périphérique en tant que boulevard urbain."

Natalia Stavrovskaja - Séraphine Brouet - François-Léopold Pinet

Naklon (Наклон)

Yasmine Bennis - Maxime Brunois - Romain Courson

TRAVERSE PARTAGÉE : volumes suspendus pour un sol continu

Un équipement sportif suspendu au-dessus du périphérique se glisse sous une résidence. Le franchissement réalisé par la poutre habitée libère le sol de la rue et offre plus d’espace à la ville. Les deux bâtiments partagent une même structure et leur rencontre construit une terrasse partagée.

Matière à penser - Couvrir le périphérique Porte de Vincennes à Paris - S8

Le projet de ce semestre est une expérimentation mesurable du rapport entre les qualités structurelles, lumineuses et thermiques d’un espace, avec ses qualités urbaines, fonctionnelles et d’usage mises en rapport par le dessin du plan.

La maitrise du projet d’architecture suppose de ne pas inféoder ces notions l’une à l’autre et réciproquement.

La particularité de cet enseignement repose sur le refus de spécifier structure, enveloppe et architecture comme éléments hétérogènes à articuler.

Les réactions en chaine ne sont pas hiérarchisées a priori. L’usage guide le dessin de l’espace qui guide celui du plan qui guide la répartition des efforts physiques qui guide le dessin de l’intériorité et ses limites. Mais cet ordre logique est celui de la décomposition de l’apprentissage.
L’interaction des éléments montre qu’une pensée hiérarchisée est nécessaire pour penser la complexité du projet mais que les éléments qui y participent sont interactifs et non hiérarchisés dans leurs valeurs.

La démarche favorise une entrée par une partie quelconque mais une progression par synthèse partielle. L’expression de la contradiction explicitée par la synthèse partielle nécessite la manipulation dans l’espace d’éléments incomplets mais précis. La continuité, la contiguïté, la proximité, la position topologique (en haut, en bas, dessous, dessus, devant, derrière, à gauche, à droite, posé, soulevé), la proportion, la relation d’échelle, l’orientation (solaire ou géographique), la quantité relative, la manifestation synthétique, la structure et la matière qualifient cette précision.

Le programme du projet : en décembre 2015, au titre d'un traité de concession, la SEMAPA (Société d'Etude, de Maîtrise d'ouvrage et d'Aménagement Parisienne) a été missionnée pour l'aménagement de la « ZAC de la Porte de Vincennes », située à la limite des 12ème et 20ème arrondissements de Paris et pour la maîtrise d'ouvrage d'un équipement sportif au sein de celle-ci et qui sera exploité en suivant par la Direction de la Jeunesse et des Sports (DJS).

Cet équipement a pour caractéristique de couvrir le boulevard périphérique sur une portée de 40 mètres au droit de l'avenue Courteline. Il vient par ailleurs en mitoyenneté, d'une parcelle propriété de la RATP située à l'angle du boulevard Carnot, qui accueille actuellement un bâtiment de stockage de postes électriques.

Le groupe RATP, via sa filiale de logement social Logis-Transports, souhaite réaliser en parallèle de l’équipement qui couvre le périphérique une résidence étudiante.

Ces deux programmes sont à développer dans le cadre du projet du semestre. Les objectifs généraux sont les suivants :
• Améliorer le cadre de vie des habitants à court et moyen termes,
• Rétablir des continuités urbaines,
• Développer une mixité urbaine,
• Réduire la place de l'automobile et développer l'offre des transports collectifs,
• Conforter la dimension métropolitaine du site,
• Intégrer le territoire de projet dans une réflexion de développement durable.

Assistants
Charles Hesters,
Marie Dronneau

Étudiants Bartoli Jean-Baptiste, Batjom Emilie, Bekalarek Thomas, Belloc Rémi, Bennis Yasmine, Boulvard Sabine, Bourgier Léopold, Brouet Séraphine, Brunois Maxime, Cavalier Christophe, Cluzeau Alice, Courson Romain, Cristovao Alexandre, da Silva Yoan, Delanchy Simon, Dhalleine François, Durante Maëlle, Duvillard Maximin, Galin Juliette, Gautier Adrien, Goullin François, Guedira Chadia, Henry Maxence, Knepper Olivier, Lallemand Claire, Larramendy Florian, Lorentz Clément, Mobailly Pascal, Oliveira Victor, Pekdemir Iman, Pinet François-Léopold, Sanquer Morgane, Stavrovskaja Natalia, Tavernier Loïs, Tosel Cécile
Formation
Master, Matière à penser, 2020 (s8)