Exploring Chandigarh

En septembre 2019, Pierrick Mouton, artiste, et Benoît Santiard, graphiste au sein de Building Paris, sont en résidence à Chandigarh (Inde), via l’Alliance Française. Leur projet, inspiré par l’emblème de Corbusier pour Chandigarh, une main «ouverte pour donner/ouverte pour recevoir», s’intéresse au projet culturel, architectural et sociétal développé dans la ville.

De retour en France, ils proposent à Olivier Lellouche, designer, enseignant à l’École Supérieure d’Art et Design de Saint-Étienne, de continuer à faire vivre le projet en les aidant à créer une interprétation contemporaine des célèbres fauteuils de Pierre Jeanneret.

Professeur(s)

Exposition

Fabrication des fauteuils

Fauteuil Sukhna Lake, 2020
Olivier Lellouche

Seul un projet pharaonique aurait pu réunir de nouveau les deux cousins que la guerre avait opposés 1 : Chandigarh, nouvelle capitale indienne du Pendjab et de l’Haryana.

Sur une photographie de l’époque, on les voit se faire face, semblablement apprêtés. L’un est accoudé à sa table à dessin quand l’autre semble détourner le regard du plan de la métropole en construction. Il demeure néanmoins assis sur un fauteuil dont les pieds en compas font écho au modèle constructif développé par un ancien camarade resté en France 2. Comme si cette forme avait pour charge de traverser les mondes et devenir le fer de lance d’une certaine universalité.

L’entreprise terminée, les deux cousins – de mondes différents – s’éclipsèrent dans des étendues d’eau : une mer au milieu des terres pour l’un 3 et un lac artificiel bordant la nouvelle capitale pour l’autre 4.

Pendant les décennies suivantes, il ne restera plus que le spectre du rationalisme incarné à travers le mobilier administratif et décliné comme autant de gammes de solfège pour hanter les édifices de Chandigarh. Mais dans ce monde où l’on préfère la puissance de la spiritualité 5 à la banalité du tangible, quelle place y a-t-il pour une chaise décousue si ce n’est l’image écornée d’une autre façon de vivre ?

Le travail autour du fauteuil Sukhna Lake tente une réponse à cette question après le passage des marchands du Capitol Complex 6. Avec comme aspiration la possibilité d’un objet et sa relecture qui pourraient traverser les mondes et leurs futurs.


  1. En 1940, Charles-Édouard Jeanneret, dit Le Corbusier, s’installe à Vichy alors que Pierre Jeanneret entre dans la Résistance. 

  2. En 1950, Pierre Jeanneret et Jean Prouvé développent pour le ministère de la Reconstruction une douzaines de maisons légères, installées à Meudon. 

  3. Le 27 août 1965, Le Corbusier se noie au large de Roquebrune-Cap-Martin, en France 

  4. Le 4 décembre 1967, les cendres de Pierre Jeanneret sont dispersées dans le lac Sukhna, à Chandigarh en Inde, créé en 1958. 

  5. cf. Hindouisme et Sikhisme, deux des religions majoritaires du Pendjab et de l’Haryana. 

  6. Éric Touchaleaume, François Laffanour, Patrick Seguin… 

Livret présentant la fabrication des fauteuils


Lire la publication en ligne
Dans l'atelier de construction

Dans l'atelier de construction

Exploring Chandigarh

En septembre 2019, Pierrick Mouton, artiste, et Benoît Santiard, graphiste au sein de Building Paris, photographe et enseignant à l’École d’architecture de la ville & des territoires Paris Est, sont en résidence à Chandigarh, Inde, via l’Alliance Française. Leur projet, inspiré par l’emblème de Corbusier pour Chandigarh, une main «ouverte pour donner / ouverte pour recevoir», s’intéresse au projet culturel, architectural et sociétal développé dans la ville.

Il se situe à la frontière de la recherche, du documentaire, de l’expérience, de la narration et de la spéculation. Tous ces modes d’interaction avec le réel sont les moyens choisis pour tenter de comprendre le projet aussi bien utopique que réaliste, orchestré par Le Corbusier et Pierre Jeanneret, deux autres hommes du XXe siècle.

Si ce projet repose sur l’exploration des forces des idéologies à se situer et s’incarner dans divers territoires prédéfinis, c’est également la méthode orchestrée par Pierrick Mouton et Benoît Santiard qui importe. En reliant les espaces, les acteurs et les temporalités, leurs pratiques vont tenter de créer un espace/temps au sein duquel les gens et les idées vont pouvoir se rencontrer afin de mieux comprendre la ville et ses enjeux. Les remises en question qui émanent de cette résidence sont également le moyen de s’interroger sur les volontés humaines qui sous couvert d’un monde meilleur, construisent des structures en oubliant les fragmentations de nos réalités, personnelles ou communes.

Margaux Bonopera
Assistant curator, Fondation Van Gogh, Arles

De retour en France, Pierrick Mouton et Benoît Santiard proposent à Olivier Lellouche, designer, enseignant à l’École Supérieure d’Art et Design de Saint-Étienne, de continuer à faire vivre le projet en les aidant à créer une interprétation contemporaine des célèbres fauteuils de Pierre Jeanneret.

Principalement destinés aux différentes administrations de la ville de Chandigarh, ces fauteuils sont sujets depuis quelques années à une forte spéculation dans les salles de ventes internationales. Le postulat de départ est donc de réaliser un fauteuil le plus économique possible, en adaptant les essences de bois et le savoir-faire indien des années 1950 aux matériaux et techniques occidentales de 2020.

Quatre nouveaux fauteuils ont ainsi été réalisés à l’atelier maquette de l’École d’architecture de la ville & des territoires Paris-Est, avec l’aide d’Antoine Guerbois et la complicité de Benjamin Giraudon, assisté de Margaux Lemaire, Margot Brousse, Lucile Sauvage et Esther Risser. Les plans de ces nouveaux fauteuils sont libres de droit, dans la lignée du leitmotiv originel de Chandigarh: donner, recevoir…

Publication de la résidence à Chandigharh (réalisée sur place)

Enseignant(s)
Étudiants
Formation
2020