École d’architecture
de la ville & des territoires
Paris-Est

Les leçons du mardi

La part sauvage du monde. Repenser la nature dans un monde en crise

mardi 5 novembre 2019

Cycle de conférences
Amphithéâtre

Conférence de Virginie Maris, chercheuse CNRS en philosophie de l'environnement au CEFE (Centre d'écologie fonctionnelle et évolutive) à Montpellier.

Dans un monde que l'on dit dominé par les activités humaines, quel sens y a-t-il à préserver la nature, et tout particulièrement la part sauvage du monde? La conservation était-elle condamnée à n'être qu'une forme de domination parmi d'autres?

Dans cette conférence, Virginie Maris tentera d'explorer les pistes ténues qui serpentent entre une gestion rationnelle de la nature considérée uniquement sous l'angle des bénéfices qu'elle produit, et la préservation illusoire d'une nature supposée vierge qui n'existe plus.

Cette conférence s'inscrit dans le cadre du cycle des Leçons du Mardi intitulé "La fin d’un monde", coordonné par Jean-François Blassel et l'équipe pédagogique de la formation PoCa post-carbone.

Modification des grands cycles biogéochimiques de la planète et crise climatique, augmentation exponentielle de la consommation des ressources terrestres de toutes natures, pollution globalisée et persistante, fragmentation, réduction et destruction des habitats naturels : nos actions sur la nature sont systémiques, globales et irréversibles.

L’entrée dans l’Anthropocène des êtres humains, devenus véritable force géologique, nous impose des responsabilités nouvelles vis-à-vis de la nature et des générations futures.

Il s’agit d’apprendre à habiter autrement la Terre.

La série de conférences « La fin d’un monde », propose d’explorer prospectivement et rétrospectivement les contours de cette transformation radicale. "Nous avons choisi d'aborder la question de l'effondrement et d'interroger les territoires, paysages, architectures qui lui sont associés d'une façon ou d'une autre. Plusieurs disciplines sont mobilisées (histoire, écologie, anthropologie, philosophie politique) pour questionner les territoires et la spatialité de la catastrophe environnementale et du changement climatique et ouvrir des perspectives à la partir de l'écologie politique."

Entrée libre sous réserve des places disponibles.

Crédits photo : Lionel Roux

Pour recevoir des informations de l’Éav&t, vous pouvez vous inscrire à notre newsletter.
Vous pouvez également nous retrouver sur Facebook.