École d’architecture
de la ville & des territoires
Paris-Est

Paul Bouet

    Architecture et énergie solaire
    dans la France d'après-guerre
     
    De la décolonisation à l'écologisme
    1952-1986

    Dans les décennies qui suivent la Seconde Guerre mondiale, des recherches furent menées pour utiliser l’énergie solaire dans les bâtiments, principalement à des fins de chauffage, donnant lieu à un ensemble de réalisations expérimentales. Elles s’accompagnèrent d’une tentative de repenser la théorie de l’architecture à l’aune de l’intégration des énergies renouvelables et de l’adaptation au climat. La thèse retrace l’histoire de ce projet d’ensemble, qualifié par ses contemporains d’« architecture solaire », en le resituant dans le contexte de la France d’après-guerre et en croisant les approches propres à l’histoire de l’architecture et à l’histoire environnementale. Elle est structurée en deux parties, de part et d’autre du changement de perspective qui s’opère autour de 1973. On analyse d’abord les expérimentations menées par des scientifiques et des architectes en Afrique du Nord à la fin de la période coloniale, visant à utiliser l’énergie solaire pour fonder des établissements humains dans les territoires reculés du Sahara et du Sahel. On étudie ensuite le rôle joué par l’architecture solaire dans la tentative d’établir une société écologique parallèlement à la montée en puissance des préoccupations environnementales en Occident et aux crises pétrolières des années 1970, jusqu’à l’échec de cette tentative. En conclusion, on propose d’interpréter l’architecture solaire comme une alternative, une trajectoire finalement non suivie dans l’histoire des rapports entre architecture et environnement.

    Paul Bouet
     
    Thèse de doctorat préparée sous la direction de Sébastien Marot.
     
    Financements : contrat doctoral du Ministère de la culture (2016-2018) ; bourse de recherche du Centre canadien d'architecture (2019).

    Pour recevoir des informations de l’Éav&t, vous pouvez vous inscrire à notre newsletter.
    Vous pouvez également nous retrouver sur Facebook.