École d’architecture
de la ville & des territoires
Paris-Est

L'Architecture de la voie. Histoire et théories, Éric Alonzo

La voie est considérée habituellement comme relevant strictement de la sphère technique. Or elle peut aussi être envisagée comme une « architecture ». Illustré par une iconographie abondante et en partie inédite, ce livre montre ainsi comment, depuis l’Antiquité, les chemins, les routes, les rues, les boulevards, les autoroutes et les parkways ont pu être envisagés comme relevant – à la fois – du solide, de l’utile et même du beau. Cette généalogie permet d’expliquer l’origine de la plupart de nos dispositifs routiers actuels – que l’on considère à tort comme spécifiques à l’automobile (échangeurs, ronds-points, routes à péage, voies multimodales, etc.) – inventés au temps des voitures à chevaux, parfois même expérimentés au cœur des jardins à la française ou des parcs pittoresques.
Le prisme de la voie permet alors de révéler, par une série de « coupes en long » qui couvrent de longues périodes (paradigmes de l’édifié, du jardin et du flux), une tradition qui associe étroitement les savoirs et les objets des architectes, des ingénieurs, des paysagistes et des urbanistes, considérés aujourd’hui comme autant de domaines distincts. Cette publication se présente ainsi comme une somme historique, largement inédite, sur une « architecture du territoire » envisagée comme le socle commun des disciplines de l’aménagement.

Enfin, face aux incertitudes qui pèsent aujourd’hui sur le nombre et l’encombrement des futurs véhicules, aussi bien que sur leur vitesse et leur énergie de locomotion, cette redécouverte d’une longue tradition de conception architecturale de la voie, permet à nouveau d’envisager celle-ci non plus comme un objet fonctionnellement surdéterminé – et voué à l’obsolescence technique –, mais comme un élément permanent et constitutif du territoire, à même d’intégrer une somme croissante d’enjeux (environnementaux, sociaux, urbains, esthétiques, etc.) et de se soumettre à des processus de transformation, de réhabilitation, de reconversion et de recyclage que rendent nécessaires les changements actuels et futurs.

Éric Alonzo est architecte et docteur en architecture. Il enseigne à l’École d’architecture de la ville & des territoires à Marne-la-Vallée où il codirige avec Frédéric Bonnet le post-master en urbanisme (DSA d’architecte-urbaniste). Il a publié, en 2005, Du rond-point au giratoire (Parenthèses) et a fondé, avec Sébastien Marot, la publication Marnes, documents d’architecture. Sa thèse a reçu en 2017, l’European Prize Manuel de Solà-Morales.

Table des matières

Introduction
Profils en long
 
L’invention d’une tradition 11
De la mobilité aux infrastructures 13
L’architecture comme socle commun 15
L’archétype de l’infrastructure 17
Corpus 19
L’âge de l’automobile en question 20
Les trois paradigmes 21
   
I. L’édifié
1. La voie romaine : une architecture sans théorie
La spatialité réticulaire des routes romaines 27
Tracé, construction, partition 28
La voie et le monument, la voie comme monument 32
Combinaisons infrastructurelles 32
Le silence vitruvien 35
2. La théorisation albertienne de la voie
Le parangon de l’édifice public 39
Necessitas, commoditas 40
Voluptas, de l’ornement à la beauté cinétique 44
3. Histoires et traités des chemins
Curiosités léonardiennes 51
L’imagier palladien 53
La pseudo histoire des voies romaines 56
Le premier « traité » des chemins 65
4. Piranèse et la crise du modèle romain 73
Le retour sur l’Antiquité romaine 76
L’ouvrage utilitaire comme modèle théorique 80
La terrifiante beauté de l’infrastructure 83
5. L’art des ingénieurs des Ponts et Chaussées 89
Concevoir et cartographier les routes 90
Enseigner l’art du tracé des voies 95
La science de l’ingénieur comme branche de l’architecture 99
L’ingénieur archéologue 103
   
II. Le jardin
1. Invention et diffusion de l’allée plantée
Le Nôtre, fondateur de l’urbanisme ? 111
Les forêts et les jardins classiques comme laboratoire 113
La promenade dans la théorie des jardins réguliers 117
Le jardin comme objet de l’architecture 121
2. L’allée en ville et autres embellissements
L’ouverture paysagère des Tuileries 125
L’invention des boulevards 129
Voirie et embellissements 130
L’Ovale suburbain 132
Urbanisation des allées et plantation des voies urbaines 137
3. L’entrelacs pittoresque
De la peinture au jardin 145
L’invention du « riding » 148
Routes et carrières : du jardin au paysage 150
Détour par la Chine 155
Remembrer et irriguer la campagne 158
Le pittoresque pragmatique de Repton 162
Rationalités de la voie sinueuse 163
La vue de la voie, la vue depuis la voie 168
Systèmes viaires et ségrégation des flux 172
4. Du jardin public au parkway 181
De Regent’s Park à St James’s Park 183
Promotion du parc public et diffusion de l’héritage pittoresque 189
Le legs de Downing 192
L’écheveau circulatoire de Greensward 193
Les voies du parc à la conquête de la grille 200
La théorie du parkway 203
Brooklyn, Buffalo et Chicago 208
Le collier d’émeraudes : l’aboutissement du modèle 212
Riverside, la voie de desserte pittoresque 223
   
III. Le flux
1. Le tournant scientifique des Lumières
La libération du mouvement 233
De Le Nôtre à Newton 235
La place est un grand carrefour 237
La rue machine 242
L’apogée haussmannien 247
Réseaux organiques et conception pittoresque 252
2. L’irruption du mouvement mécanisé 257
Le bouleversement ferroviaire 258
L’invention du bâtiment infrastructure 263
La voie hippomobile à l’ère de la machine 269
Cerdà, l’ingénieur des chemins de fer, inventeur de l’urbanisme 273
Rendre la ville perméable à la locomotion mécanisée 276
L’urbanisme comme science de la « vialité » 278
Modélisation des flux et théorie du croisement 281
Conception scientifique et forme édifiée 284
La Cité linéaire de Soria : le chemin de fer comme voie urbaine 288
3. Circulation et questions artistiques 295
Hénard, architecte Beaux Arts et inventeur technophile 297
Des projets d’infrastructures pour la capitale 300
Théorie de la circulation urbaine dans les grandes villes 308
L’invention du « mouvement continu » 312
De la théorie au projet 318
La beauté des grands carrefours modernes 321
La rue future 325
Un état de l’Art de dessiner les plans 330
Par delà le « formal » et l’« informal » 334
Culs de sac et voies de desserte 338
De la vision du mouvement au mouvement de la vision 343
   
IV. L’automobile
1. La restauration de la route 355
La résurrection des voies ancestrales 357
L’idylle touristique 363
La traversée automobile des villes et des villages 370
Éviter la ville 373
Les premières autoroutes 378
Alwin Seifert : « Heimat » et « Gesamtkunstwerk » 389
Autoroutes et échangeurs Beaux Arts 404
2. Abandon, permanences et redécouvertes 417
Hiérarchisation, éloignement et disparition 422
Le spectacle du réel 423
Règne du flux et idée de la rue 429
Paysages de rue pour espaces piétons 437
Néo pittoresque et « art des relations » 442
« Townscape », « highways » et « visual studies » 451
L’architecture du territoire 465
Le laboratoire barcelonais 473
La voie des paysagistes 484
   
Conclusion
L'avenir piranésien des infrastructures
Les apories de l’hybride 493
De l’objet technique à l’objet architectural 496
Obsolescence de la fonction, permanence de la forme 499
Inventions, tradition et modernité 502
       
Chronologie 508
Index nominum 510

Informations

Broché : 528 pages
Éditeur : Parenthèses / École d’architecture de la ville & des territoires
Langue : Français
ISBN-13: 978-2-86364-313-6
Dimensions : 17 × 24 cm

Design graphique

Building Paris

En vente à l’École (agence comptable) et en librairie au prix public de 34 €.
Place des libraires

On en parle dans

Pour recevoir des informations de l’Éav&t, vous pouvez vous inscrire à notre newsletter.
Vous pouvez également nous retrouver sur Facebook.