École d’architecture
de la ville & des territoires
Paris-Est

Laurent Koetz

    Louis Auguste Boileau (1812-1896) : une figure d’architecte inventeur au XIXe siècle

    L’étude du parcours de Louis-Auguste Boileau (1812-1896), offre l’opportunité d’éclairer la question du statut de l’invention dans la pratique architecturale au XIXe siècle. Menuisier devenu architecte, Boileau incarne véritablement la figure de l’inventeur : il mène une réflexion sur le perfectionnement des systèmes de structure, d’éclairage et de couverture des édifices, il s’attache à créer une « nouvelle forme architecturale » en réponse aux attentes de son temps, il développe également une réflexion historique fondée sur l’élucidation des lois du progrès. Boileau ne conçoit donc pas l’invention que sous l’angle de la technique, pour lui elle détermine l’évolution des types architecturaux représentatifs des organisations religieuses et sociales au cours des siècles. Cette multiplicité d’aspects rend complexe l’analyse de sa trajectoire. Elle pose la question du point de vue à partir duquel construire une approche biographique capable de rendre compte à la fois de son inscription dans un contexte spécifique et de sa singularité.

    Pour tenter de répondre à ces interrogations, la thèse se développe sur deux axes : d’une part montrer que les modalités pratiques et théoriques de l’invention chez Boileau s’élaborent à partir des relations qu’il entretient avec différents milieux artistiques et intellectuels ; d’autre part, essayer de mettre en évidence ce que sa capacité d’invention doit à sa culture d’artisan, celle d’un menuisier chevronné et instruit.

    La recherche porte tout d’abord sur l’étude des textes de Boileau qui permettent saisir les idées l’influençant ou les débats auxquels il entend participer. Elle s’étend ensuite à l’analyse des projets et des réalisations qui offrent l’opportunité de décrire le rapport entre théorie et pratique. Elle se poursuit par l’observation des stratégies de communication où l’architecte innove, notamment par un usage original des procédés photographiques.

    Grâce à ces différentes approches, une image plus nette de la place qu’occupe Boileau dans l’histoire architecturale devrait se dessiner, mais surtout, au-delà de son cas particulier, il s’agit de contribuer à une meilleure compréhension de la complexité des conceptions du progrès, telles qu’elles se construisent au XIXe siècle.

    Laurent Koetz

    Thèse de doctorat en architecture préparée sous la direction de Valérie Nègre à l'ENSA Paris-La Villette / Hesam depuis 2005.

    Image : Bisson frères, [Louis Auguste Boileau, Composition synthétique, 1850, maquette en bois], vers 1850-1853, lithophotographie (Lemercier imprimeur). Publiée dans : Louis Auguste Boileau, Nouvelle forme architecturale, Paris, Gide et J. Baudry, 1853.

    Pour recevoir des informations de l’Éav&t, vous pouvez vous inscrire à notre newsletter.
    Vous pouvez également nous retrouver sur Facebook.