École d’architecture
de la ville & des territoires
Paris-Est

Alessandra Marcon

    L’habitabilité des territoires productifs.
    Projets, tensions et conflits dans les espaces et les sols de l’industrie française

    Ces dernières années, le concept de ville productive a donné naissance à de nouveaux discours, projets et scénarios qui racontent de nouvelles stratégies capables de renforcer et de réintégrer la dynamique de production et de circulation des biens matériels dans un contexte urbain. Dans le même temps, certaines politiques industrielles nationales et européennes visent à mettre en œuvre une base productive plus solide, également par des actions visant l’espace et le territoire. Alors qu’une certaine opacité règne sur le concept de « ville » et de « production », de nouveaux discours, projets et scénarios émergent dans un contexte où les pressions démographiques et migratoires sont appelées à augmenter dans les grandes zones urbaines et où les politiques de réduction de l’occupation des sols sont renforcées en réponse au phénomène d’urbanisation croissante. Il est donc urgent de réfléchir à ces nouvelles questions, qui semblent en partie contradictoires, et d’essayer de clarifier plus rigoureusement les concepts et les problèmes liés à la production et à la ville, afin de mieux accompagner la recherche et la planification urbaine.

    Cette thèse choisit de mettre de côté le concept de ville pour introduire le concept de territoire habitable et se concentre particulièrement sur la relation entre ce dernier et la production, en approfondissant le rôle de l’industrie dans sa manière d’interagir avec le territoire et le sol. Au-delà des principes de densification et de reconversion indiscriminés en partie issus des politiques de réduction de la consommation du sol, particulièrement focalisées sur le phénomène d’étalement résidentiel, la thèse met en évidence les nouveaux défis qui traversent la relation entre production et territoire à travers les thèmes de l’injustice sociale, la crise de la mobilité et l’urgence environnementale. L’objectif est d’explorer ces enjeux à travers l’exploration de deux territoires productifs : l’Île-de-France et la Vendée Choletaise. Ce travail de recherche formule l’hypothèse que si ces deux territoires sont considérés comme antithétiques du point de vue de leur structure urbaine, s’ils sont observés à travers la lentille du système productif, ils partagent certaines tensions, conflits et dysfonctionnements similaires. Ceux-ci conduiraient à l’émergence de nouvelles questions auxquelles le projet urbain, c’est à dire le projet de sol, peut répondre pour accompagner l’habitabilité d’un territoire. La thèse permettra d’identifier des solutions opérationnelles et des modèles d’adaptation à court terme et tentera de construire une nouvelle image à plus long terme de l’avenir de ces territoires sous la forme d’un scénario.

    Alessandra Marcon

    Thèse de doctorat en architecture préparée en co-tutelle avec l'Université IUAV sous la direction de Sébastien Marot et Frédéric Bonnet depuis 2018.

    Financement de l'IUAV.

    Images : Alessandra Marcon, Ivry-sur-Seine et Saint Fulgent, 2019.

    Pour recevoir des informations de l’Éav&t, vous pouvez vous inscrire à notre newsletter.
    Vous pouvez également nous retrouver sur Facebook.