École d’architecture
de la ville & des territoires
Paris-Est

Thomas Beillouin

    Les stratégies d’aménagement à l’épreuve des aléas littoraux
     
    L’épaisseur littorale, un paradigme émergent pour l’aménagement des territoires côtiers ?

    Le littoral est le lieu privilégié d'une hybridation entre milieux et aménagements. À l'échelle mondiale, 60 % de la population vivrait dans des zones côtières. En constante augmentation, cette présence génère une importante richesse économique mais accroît la vulnérabilité de ces écosystèmes habités. Dans cette confrontation, les aléas d’érosion et de submersion marine jouent un rôle singulier : en remodelant le rivage de manière incessante, ils contribuent à la transformation des littoraux et en altèrent les aménagements. En quoi la prise en compte des aléas littoraux dans l’aménagement contribue-t-elle au renouvellement des outils du projet urbain et architectural en milieu littoral ?

    Cette thèse se focalise sur le territoire de France métropolitaine entre le XIXe et le XXIe siècle, période non seulement marquée par une urbanisation importante mais aussi par une redécouverte brutale des risques littoraux dans le contexte du changement climatique. Le bilan catastrophique de la tempête meurtrière Xynthia de 2010 et le recul spectaculaire de la côte aquitaine durant l’hiver 2013-2014 ont en effet profondément remis en question cette urbanisation. Faisant l’hypothèse que les fluctuations du rivage conduisent à repenser l’aménagement du littoral à l’aune d’une certaine souplesse, cette recherche interroge l’émergence du paradigme de « l’épaisseur littorale » dans les sphères de la recherche, des institutions publiques et des disciplines de projet. Fondée sur la nécessité de rapprocher la géographie physique et l’urbanisme, l’épaisseur littorale pourrait-elle constituer un modèle d’aménagement permettant de concilier réduction de la vulnérabilité et projet de territoire ?

    Dans un premier temps, ce travail s’attache à retracer l’évolution des modèles d’aménagement du littoral. En cherchant à expliciter les rapports qu’ils ont entretenu avec les dynamiques naturelles du rivage, il s’agit de montrer comment le littoral est progressivement devenu un territoire à risques. Mettant en évidence la crise de modèle dont témoigne l’aménagement des espaces côtiers depuis la fin du XXe siècle, la thèse interroge ensuite la capacité de l’épaisseur littorale à faire modèle, tant pour limiter la vulnérabilité des territoires que pour encadrer leur urbanisation. Pour cela, les stratégies d’aménagement développées dans cinq territoires sont analysées : extension d’une marina au Barcarès, création d’espaces publics anti-submersion à La Rochelle, relocalisation des biens à Lacanau, mise en valeur de la façade littorale de Saint-Nazaire et renaturation d’anciens salins en Camargue. Les apports méthodologiques de l’architecte-urbaniste sont finalement explorés à travers trois axes stratégiques : l’élaboration et le portage de scénarios d’adaptation sur le long terme ; l’intérêt et les limites des techniques constructives basées sur la légèreté, la transparence et la réversibilité ; la restauration des écosystèmes littoraux comme stratégie de projet.

    Thomas Beillouin

    Thèse de doctorat en architecture préparée sous la direction de Sébastien Marot et Frédéric Bonnet depuis 2017.

    Financements : contrat doctoral I-Site Future (2017-2020) ; mécénat de la Caisse des dépôts pour la recherche en architecture et paysage (2017-2020).

    Image : Thomas Beillouin, la Pointe des Minimes à La Rochelle, 2019.

    Pour recevoir des informations de l’Éav&t, vous pouvez vous inscrire à notre newsletter.
    Vous pouvez également nous retrouver sur Facebook.